Bulletin hebdomadaire du 4 au 10 février 2019

lundi 4 février 2019

1 - AGENDA MILITANT

Mardi 5 février 10h30 Gap Rassemblement au rond-point de l’Europe à 10h30 dans le cadre de la mobilisation interprofessionnelle contre Macron et son monde ! (tract en PJ)
Jeudi 7 février 18h Embrun Projection de L’Amour et la révolution au Lieu à 18h en présence de Maud et Yannis Youlountas (entrée à prix libre)
Vendredi 8 février 18h30 Gap Conférence organisée par GSA-05 à 18h30 au Foyer des Jeunes travailleurs : Le radon dans les maisons, une problématique sanitaire dans les Hautes-Alpes : Comment évaluer et réduire son exposition à ce gaz radioactif naturel ?
19h Saint Disdier, café associatif La croisée des drailles "Migration : Après l’Aquarius, où en est-on ?", en présence de P. Mallet, marin volontaire sur l’Aquarius. Soirée en partenariat avec ATTAC 05 et Kheper.
19h Serres au CEM (Collectif Espace Multiculturel) projection-débat "Le CLEPT, une utopie concrète" sur le lycée et collège élitaire pour tous, en présence du réalisateur Jean-Paul Pénard

2 - Mobilisation(s)

Gilets jaunes et syndicats : mêmes revendications, même combat !

Contre les réformes Blanquer, pour la justice sociale, construisons la grève générale interprofessionnelle du 5 février !

Depuis le 17 novembre, le mouvement des gilets jaunes perdure et prend de l’ampleur. Les annonces de Macron le 10 décembre n’ont convaincu personne.

La multiplication des actions de blocages et des manifestations du samedi a permis de construire un réel rapport de force à même d’arracher des revendications. Dans ce contexte, la mise en place du “Grand débat” par le président de la République constitue une provocation. Les questions proposées sont des questions pièges, comme celle dans laquelle est demandé “parmi les dépenses de l’État et des collectivités territoriales, dans quels domaines faut-il faire des économies ?”, qui menace directement les services publics et notamment celui de l’éducation nationale et de la recherche.
Pour SUD éducation, les actions de blocage et les manifestations constituent bien sûr un élément central du rapport de force, mais notre meilleur outil pour affronter le patronat et arracher nos revendications est la grève. La date du 5 février, dont se sont d’ores et déjà emparés un certain nombre de groupes de gilets jaunes, peut ainsi être le point de départ d’un mouvement de grève d’ampleur, et il s’agit à ce titre de la construire dans notre secteur professionnel.
Le secteur de l’éducation connaît actuellement différents fronts revendicatifs. Au mois de décembre, les lycéen-ne-s se sont fortement mobilisé-e-s, rejoint-e-s ici et là par des personnels. Des personnels, regroupés sur les réseaux sociaux sous le nom de stylos rouges, expriment un fort mécontentement face à leurs conditions de travail et au mépris de la hiérarchie. Dans différents endroits, des lycées se mobilisent, s’organisent et se coordonnent pour lutter contre les réformes.
Contre les réformes Blanquer, contre les suppressions de postes, et plus largement pour les revendications de progrès social portées avec les gilets jaunes, l’heure est à la grève. SUD éducation appelle à construire un mouvement de grève massif dès le 5 février, dans le cadre d’un calendrier de mobilisation porté par les personnels de l’éducation.

RV le 5 février à 10h30
Rd-point de l’Europe
Gap

3 - Sud Éduc 05 : en direct des instances

CTSD : Baisse des moyens et conditions de travail en berne

Mercredi 30 janvier, le premier CTSD (Comité Technique Spécial Départemental) de l’année a été boycotté par l’ensemble des organisations syndicales siégeant dans cette instance certains documents de travail ne nous étant parvenus que deux jours avant sa réunion... C’est dire le peu de respect qu’a l’administration pour les personnels et leurs représentant-e-s...
Deux jours plus tard, vendredi 1er février, s’est donc tenu le premier CTSD de l’année qui étudiait la nouvelle circulaire pour le mouvement intradépartemental des enseignant·es du 1er degré et les DGH des collèges du département.
— -
Si vous ne souhaitez pas lire de mauvaises nouvelles, sautez cet article et passez directement à notre rubrique « humour ».
— -
Donc rien de bon pour les enseignant·es, ni pour nos élèves. Pour le 1er degré, cette circulaire valide le fait qu’il n’y aura plus qu’une seule phase de mouvement, que les collègues devant participer devront obligatoire effectuer 40 vœux minimum plus deux vœux de secteur géographique distincts (hors voeux communes et secteurs de Gap). Si aucun voeu géographique n’est mentionné l’administration saisira un voeu départemental. L’idée de l’administration est de titulariser le plus possible d’enseignant·es sur des postes, même sur des postes non désirés et de créer des postes de titulaires de secteurs dans lesquels la flexibilité des collègues sera le maître mot. On dit adieu à la continuité pédagogique dans les écoles !
Pour les collèges on reste dans une logique de dégradation des conditions de travail avec une baisse des moyens cette année encore. On l’a chiffrée : entre 2017 et 2019, hors SEGPA et ULIS, la DHG du département a perdu 316 heures. Dans le même temps, les effectifs des collèges du département ont baissé de 16 élèves ! Trois cent seize heures c’est un peu moins que la DHG du collège de l’Argentière qui fonctionnera cette année avec 341 heures.
Nous avons donc perdu 4,3 % de nos moyens horaires contre seulement 0,28 % de nos effectifs. Il n’y a pas grand-chose à rajouter. Si, pardon, l’argumentaire de l’administration a évolué. En 2018, elle légitimait la baisse de nos moyens par une baisse importante, il est vrai, de nos effectifs. Cette année, la baisse des moyens est encore plus importante (-2,2 % au lieu de -2,1 %) alors que les effectifs remontent fortement !!!
Avec des arguments fallacieux, il s’agit simplement de rendre légitime la casse du service public d’éducation.
Autre sujet sensible, celui des Mineurs non accompagnés. Après avoir été contrainte par la justice de scolariser, enfin, les MNA, la DSDEN 05 persiste dans une gestion de la pénurie. Pénurie de nombre de places dans les dispositifs UPE2A qui sont d’ores et déjà saturés. Pénurie encore dans la gestion des enseignants. On est en grande difficultés pour remplacer un congé maternité. Pénurie enfin avec une inclusion des MNA qui se fait dans des classes déjà surchargées.
— -
« Il nous ment, il nous ment / C’est du vent il nous balade / Il nous vend que des salades, / Y en a marre des boniments »

CAPD : Donnez, donnez, dodo-onnez, l’EN vous le rendra… OU PAS !

Lundi 28 janvier s’est tenue une nouvelle CAPD (Commission Administrative Paritaire Départementale). Dans l’ordre du jour, plusieurs points retenaient notre attention :
> Demandes de bonifications et validation des barèmes de permutations : le tout fut validé
> Liste d’aptitude à la direction 2 classes et plus : toutes les collègues ont obtenu satisfaction.
Les candidatures à ces postes ne sont pas nombreuses, et pour cause ! Le DASEN nous fait alors comprendre qu’il est temps de faire évoluer les postes de direction pour les rendre attirants...Le message est à peine caché, les SUPERS DIRECTEURS-DIRECTRICES arrivent !
> Congé de formation professionnelle : un seul départ ! L’administration ne cache pas le fait qu’il doit y avoir « retour sur investissement », autrement dit, si la formation que vous demandez n’est pas directement « bénéfique » à l’Éducation Nationale à votre retour de congé, et bien vous pouvez passer votre tour !
Enfin est arrivé le moment pour l’administration de répondre à nos questions :
> Demande du projet de circulaire « mouvement » : l’administration répond qu’elle n’est pas prête (et ce à deux jours du CTSD ! Désormais nous comprenons mieux pourquoi… (cf compte rendu du CTSD ci-dessus).
> Les stagiaires PE : 8 demandes de subventions des frais de déplacement ont été demandées et accordées.
Une collègue en alerte.
> Le CAPEI : 3 candidats de l’an passé sont validés et ont été nommés à titre définitif s’ils étaient sur un poste correspondant.
> Référent maths : Des référents ont été « recrutés » (1 dans chaque circonscription) dans le cadre du plan maths " VILLANI-TOROSSIAN "
Mr Peter est chargé de la mise en place de ce plan au niveau du 05. Les collègues ont été repérés par les IEN, et ont été reçus. Ils vont avoir droit à une formation de 24 jours sur 2 ans. Sud Éducation 05 a demandé un appel d’offres sur ces postes et plus de transparence car des collègues auraient été intéressés.
Réponse : ils/elles doivent se faire connaître, quand on a des envies et des compétences, il faut le faire savoir à son IEN !!!
Si toutefois vous avez des compétences en je ne sais quoi, c’est à vous d’aller vous vendre ! Si vous vous débrouillez bien en luge, n’hésitez pas à vous faire connaître auprès de votre IEN, des fois qu’un jour ils créent des « référents » luge...
> Réorganisation des remplacements : Il n’y a pas de bilan écrit. Les 3 secrétaires ont fait remonter des dysfonctionnements ( principalement, l’envoi de Brigades Formation alors qu’un ZIL est dispo sur l’école ou plus près). Elles souhaitent gérer l’ensemble des remplacement sur leurs circo. Prochain bilan en fin de 2ème trimestre. Sud demande la présence d’une délégation de remplaçant-es à la prochaine réunion bilan… Réponse : Les secrétaires savent mieux, pas besoin des remplaçants…
Nous invitions les remplaçants à faire remonter toutes les aberrations et dysfonctionnements à leur secrétaire mais également aux syndicats !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter !

4 - Femm-e-s

Loi sur la prostitution : le Conseil constitutionnel valide la loi de 2016 sur la pénalisation des clients

Neuf associations – dont Médecins du monde et le Syndicat du travail sexuel (Strass) – ainsi qu’une trentaine de travailleu.r. se.s du sexe avaient saisi en novembre le Conseil d’État. Les professionnel.le.s de santé, responsables associatifs, acteurs et actrices de terrain, remettent en cause la pénalisation des client.e.s parce qu’elle porte atteinte à la santé, à la sécurité et aux droits des personnes se prostituant, quel que soit leur degré d’autonomie dans l’activité.
Source : le Monde

5 - Formations syndicales

Les formations syndicales sur le temps de travail sont un droit, n’entraînent pas de retrait de salaire, et sont ouvertes à toutes et tous : AVS, enseignant.e.s, administratif.ves, agent-e-s… Une demande un mois avant le début du stage est nécessaire avant le début du stage.

Les prochaines formations de Sud Éduc 05

> 14/03 et 15/03 à Briançon : Formation intersyndicale « Lutter contre l’extrême-droite : L’extrême-droite en Europe »

Pour y participer n’hésitez pas à nous contacter !


Documents joints

Bulletin hebdomadaire du 4 au 10 février (...)

Agenda

<<

2019

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123