Bulletin hebdomadaire du 28 janvier au 3 février 2019

lundi 28 janvier 2019

1 - AGENDA MILITANT

Lundi 28 janvier 11h Gap Réunion de la CAPD
Mardi 29 janvier 18h Gap Réunion à la Bourse du Travail d’enseignant-e-s de tout le département pour construire la mobilisation contre la réforme du lycée (dans les locaux de la FSU)
Mercredi 30 janvier 13h30 La Roche des Arnauds AG de Sud Éduc 05
Gap Réunion du CTSD
Vendredi 1er février 18h Gap et Embrun Rassemblement des « coquelicots » à Gap (18h) et Embrun (18h30)
Gap Débat à La Nouvelle Librairie sur le thème : « Migration, le mythe de la ruée vers l’Europe »

2 - SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

Première « Maraude Syndicale » en soutien aux maraudeurs-euses

À l’initiative de l’union syndicale Sud/Solidaires-05, rejointe par la Confédération paysanne, la FSU et la CGT, avait lieu ce samedi 26 novembre la première maraude syndicale en soutien aux maraudeurs et maraudeuses qui toutes les nuits viennent en aide aux migrant-e-s qui franchissent la frontière à Montgenèvre.

Surplombant le front de neige de la station de Montgenèvre, plusieurs dizaines de militant-e-s des Hautes-Alpes et d’ailleurs, syndiqué-e-s ou non, se sont rassemblé-e-s pour dénoncer la criminalisation de l’aide humanitaire apportée aux migrant-e-s qui risquent leur vie en traversant la frontière franco-italienne. À partir de 15h et jusque tard dans la soirée, les militant-e-s ont voulu sensibiliser les touristes présent-e-s sur le caractère ignoble et inhumain de la traque aux migrant-e-s à laquelle se livrent les forces de l’ordre pour se conformer aux desiderata des politiques anti-immigration imposées par le gouvernement.

Tout aussi révoltante, injuste et incompréhensible – car allant à l’encontre des droits humains les plus fondamentaux et une décision du Conseil Constitutionnel du mois de juillet dernier – est la répression que ces mêmes forces de l’ordre, appuyées par une justice clairement politique, exercent à l’encontre des aidant-e-s qui entreprennent tous les
soirs des maraudes sur le territoire français pour secourir et mettre à l’abri des personnes épuisées, frigorifiées et qui mettent leur vie en danger pour arriver dans notre pays.

Que ce soit par des distributions de tracts, par des discussions avec les touristes italiens ou français présent-e-s dans la station ou par des actions symboliques, cette journée de maraude syndicale a permis de remettre en lumière la question du passage de la frontière par les migrant-e-s et les enjeux politiques et humanitaires qui l’accompagnent.

Un grand merci à tou-te-s celles et ceux qui, d’ici ou d’ailleurs, de près ou de loin, ont participé pour faire de cette maraude syndicale une réussite ! RV le 15/03 pour une nouvelle maraude citoyenne !!

3 - Mobilisation(s)

La grève de jeudi dernier marque – on l’espère – le début d’un mouvement contre la réforme des lycées.

Ne nous trompons pas, l’administration procède avec méthode et détruit, pas à pas, le service public d’éducation. Cette méthode est simple et repose sur la devise « diviser pour mieux régner ». Ainsi, elle divise dans les établissements. L’usine à gaz des enseignements de spécialité met en concurrence les professeur-es des lycées. Alors même que l’objectif de cette réforme n’est rien de plus que de faire des économies budgétaires en faisant disparaître des matières, alourdissant les classes, supprimant des postes et multipliant les postes partagés et les heures supplémentaires imposées... on fait croire qu’il est possible de s’en sortir individuellement, par des projets ou d’autres lubies. Elle divise aussi les établissements entre eux par le renforcement de leur mise en concurrence.

Nous devons apporter un refus collectif et ferme face à cette nouvelle étape de la casse du service public d’éducation. Encore trop peu nombreux-ses mais déterminé-e-s, des profs des lycées d’Embrun et de Gap étaient devant l’IA puis dans les rues de Gap jeudi dernier pour dire non à cette destruction en règle du lycée général et technologique. Elles et ils n’étaient pas seul-e-s. Des collègues du primaire et du collège étaient à leurs côtés.

Il a été décidé de se retrouver à la Bourse du Travail (local de la FSU) à 18 h ce mardi 29 janvier pour construire le mouvement et le fédérer. Des délégations d’enseignant-e-s de tous les lycées du département sont invitées à y participer !

4 - PRÉCAIRES

déclaration intersyndicale du 23/01

Le ministère de l’Éducation nationale et le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées ont lancé en octobre une concertation sur l’école inclusive dont un pan concerne l’avenir du métier d’accompagnant.

Les premières pistes lancées pour les accompagnants des élèves en situation de handicap sont loin de correspondre aux attentes de milliers de ces personnels précaires qui subissent de plein fouet des conditions de travail dégradées, des temps incomplets imposés, des salaires bas, une absence de reconnaissance professionnelle, qui les conduisent souvent à renoncer à leur emploi.

C’est pourquoi nous sommes dans l’attente de mesures fortes qui bénéficieraient à la fois aux personnels concernés, aux élèves accompagnés et à l’ensemble de l’école.

Cela passe par :

> une revalorisation immédiate des salaires ;
> le versement de l’indemnité REP-REP+ pour les AESH exerçant en éducation prioritaire ;
> la création d’un véritable statut pour les AESH ;
> des emplois stables, pérennes et reconnus ;
> la création du nombre d’emplois nécessaire pour couvrir tous les besoins ;
> le droit de pouvoir travailler à temps complet ;
> une formation professionnelle de qualité sur le temps de travail.

— -
Pour discuter de ces revendications et construire ensemble les mobilisations et actions qui permettront de faire avancer les conditions d’emploi et de travail des AVS-AESH, inscrivez-vous au stage que nous organisons le 28 février à Embrun !

5 - Humeur de la semaine : les RIS

10 collègues à Gap, 4 à Briançon... Les Réunions d’Informations Syndicales n’attirent pas les foules...

Nous ne pouvons nous résigner à abandonner ce droit d’une heure de réflexion mensuelle collective sur nos conditions de travail, les difficultés que l’on rencontre, et tout ce que chacun·e d’entre nous veut bien y apporter, ou venir chercher.

Parmi ce qui a été exprimé, beaucoup de dépit, l’impression de ne pas être soutenu·es, de ne pas être entendu·es, de ne pas être considéré·es.... et de ne rien pouvoir changer ! "Que peut-on faire ?" "Ca ne va pas en s’améliorant !" "Pourquoi tous les enseignants ne demandent-illes pas, ensemble, leur visite médicale ?" On entend râler sur le "trop de travail", sur le "travail inutile", sur les conférences pédagogiques "souvent décevantes", sur "le manque d’aide pour l’accueil des élèves en difficulté"… Sur les évals, aussi ! À la question "qu’est-ce que vous voulez faire ?"... Pas de réponse...

Y’a rien à faire ? On laisse continuer comme ça ? Comme si les syndicats devaient trouver, seuls, LES SOLUTIONS. Qui a perdu la baguette magique ? On attend du syndicat qu’il fasse, on attend des autres qu’ils fassent, qu’ils trouvent, qu’ils apportent des réponses... On attend... Et on ne fait rien. Ah si, on continue de se lamenter, en ajoutant que la RIS, c’était du temps perdu ? J’entendais, dans une école, un collègue qui se reconnaissait dans les revendications des stylos rouges... mais qui reconnaissait aussi ne pas se mobiliser lors des actions proposées par nos syndicats. C’est à nous tou·te·s, collectivement, de nous prendre en main ! C’est à nous tou·te·s, collectivement, de nous mobiliser, pour faire avancer, pour refuser, pour construire...

Bien sûr, il y a le travail, la maison, les enfants, les soucis, les activités persos... On en oublie de s’occuper de soi, dans son travail aussi. On peut s’enfermer dans sa cave pour hurler après le voisin trop bruyant. Ce ne sera jamais aussi efficace que d’aller le lui dire, ou de mobiliser les autres voisins pour agir collectivement. Collectivement...

6 - FORMATIONS SYNDICALES

Les formations syndicales sur le temps de travail sont un droit et ouvertes à toutes et tous : AVS, enseignant.e.s, administratif.ves, agent-e-s… Une demande un mois avant le début du stage est nécessaire avant le début du stage.

Les prochaines formations de Sud Éduc 05

> 28/02 à Embrun (cité scolaire Honoré Romane) : « Etre AVS-AESH : conditions d’emploi et de travail ». Attention dernier jour d’inscription !!

> 28/02 et 01/03 à Gap : Stage accueil nouveaux.elles adhérent.e.s à SUD mais également pour les ancien.nes « Bienvenue à Solidaires »

> 14/03 et 15/03 à Briançon : Formation intersyndicale « Lutter contre l’extrême-droite : L’extrême-droite en Europe »

> En mai, au gite des Sauvas « Liberté pédagogique »

Vous voulez participer à l’un de ces stages ? Envoyez rapidement un mail à sudeduc05@gmail.com !


Documents joints

Bulletin hebdomadaire du 28 janvier au 3 (...)

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311