Bulletin hebdomadaire SUD Educ05 du 24 au 30 septembre 2018

lundi 24 septembre 2018

Bulletin hebdomadaire SUD Educ05 semaine 39-2018

1-Agenda :

Lundi 24 septembre Gap 15h30 IA Groupe de travail pour les élections professionnelles dans la fonction publique. Et oui, cela se déroulera par vote électronique du 27 novembre au 6 décembre avec une procédure imbitable et de nouveaux mots de passe.
Jeudi 27 septembre Grève dans les lycées prof. C’est que cela doit aller pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Vendredi 28 septembre IA Report du CHS CT au vendredi 19 octobre. C’est que tout va bien dans le meilleur des mondes
Gap 10h IA CAPD de rentrée. On devrait s’entendre dire que tout va bien dans le meilleur des mondes.

2- Mardi 9 octobre : tout.e.s en grève

Le 9 octobre à Gap, ça commence à l’Inspection Académique à 10H.
On traversera la rue et on retraversera la rue pour occuper les rues.
En pièce jointe, l’appel intersyndical national en attendant l’appel local et ci-après le lien vers une vidéo unitaire. Le 9 octobre, on marche dans la rue pour mettre à la rue le locataire de l’Élysée qui proposait, il n’y a pas si longtemps, qu’on vienne le chercher. On lâche rien, on arrive !
https://solidaires.org/Video-9-octobre-2018-Ensemble-a-la-conquete-d-un-autre-avenir

3-Évaluations CP-CE1-6ème-2nde, c’est si je veux, comme je veux et quand je veux !

Quelques vérités sont bonnes à rappeler :
• Notre hiérarchie impose ces évaluations à grands coups de pressions sur les collègues, qui se sentent souvent seul.e.s et obligé.e.s de les faire passer, malgré l’absence de circulaire leur donnant un cadre légal.
• Ces évaluations, sous un vernis pseudo scientifique, ne sont que très peu utiles dans la détection et la remédiation des difficultés des élèves.
• Ces évaluations sont extrêmement chronophages et le temps passé pour les mettre en œuvre est sans rapport avec le temps annoncé.
• Ces évaluations sont à mettre en lien avec l’annonce par le ministre Blanquer de la création d’« une instance d’évaluation des établissements scolaires » par voie législative courant 2019 et l’annonce d’une part variable des primes REP et REP+ selon les collègues... C’est clair : demain elles serviront à classer les écoles et à définir le salaire des enseignant.e.s.
• L’improvisation est totale : les codes d’accès à l’application arrivent seulement maintenant au compte goutte.
 
Dans toutes les écoles des Hautes-Alpes et d’ailleurs
une colère, souvent sourde, gronde contre ces évaluations !
 Nous ne serions pas aptes à évaluer nos élèves ?
Les enseignant.e.s sont des professionnel.le.s pas de simples exécutant.e.s !

Notre organisation syndicale appelle les enseignant.e.s du département à se comporter comme tel en prenant ces évaluations comme un outil parmi d’autres. Que ce soit une passation aménagée (rallongement du temps, sélection des exercices...), une non passation, une non remontée, une motion de conseils des maîtres auprès de l’Inspecteur d’Académie, ne nous sentons pas obligé.e.s de suivre les caprices du ministère.
Sud éducation 05 dénonce les pressions hiérarchiques et exigent qu’elles cessent immédiatement !
Nous défendrons vigoureusement chaque collègue qui subira des pressions et rappelons à cet effet que chacun.e a le droit d’être défendu.e par un.e représentant.e syndical.e.

4-Rentrée 2018 dans le 05 : rien ne change, c’est toujours la galère pour les AVS-AESH

AVS-AESH sans enfants à suivre pendant plus de deux semaines ; changements d’emplois du temps, d’affectation et d’établissement à répétition ; multiplication des suivis mutualisés (= une AVS-AESH pour plusieurs enfants) ; des AVS-AESH en attente d’une proposition de contrat alors même que des enfants qui bénéficient d’une notification MDPH n’ont aucun-e AVS-AESH à leurs côtés ; des temps partiels imposés qui maintiennent les personnels dans la précarité...
Manifestement, ce n’est pas ce coup-ci que les conditions d’emploi et de travail des AVS-AESH dans le département s’améliorera.
À moins... à moins que le gouvernement, sous la pression de mouvements sociaux multiples et divers, n’entende enfin les revendications de celles et ceux qui, tous les jours, sont avec les enfants en situation de handicap et réclament, pour leur métier, une reconnaissance digne de ce nom.
En ce début d’année, des rassemblements importants ont eu lieu : 150 AVS-AESH devant le rectorat de Grenoble mercredi dernier, plusieurs dizaines devant celui de Reims le lendemain.
Régulièrement questionné-e-s sur la question de l’inclusion des élèves handicapés, les ministres de l’Éducation nationale et de la Cohésion sociale ne savent plus où donner de la tête et multiplient les annonces et promesses contradictoires au point d’affirmer à la radio que des contrats d’AESH à 1350€/mois ne trouveraient pas preneurs !! Actuellement la DSDEN des Hautes-Alpes ne propose que des contrats d’AESH de 20h/semaine à 600€/mois... c’est dire la connaissance du terrain qu’ont nos gouvernants...
Étant donné la situation, Sud Éducation 05 poursuit donc ses réunions d’information syndicales à destination des AVS-AESH. La première aura lieu le vendredi 5 octobre 2018 à Gap !! N’hésitez pas à nous rejoindre et à faire connaître ce rendez-vous autour de vous. Y participer est de droit pour tou-te-s ! (voir doc joint)

5-École inclusive : un numéro pour les enfants en situation de handicap qui n’auraient pas l’accompagnement qui leur est dû
Sous pression sur la question de la scolarisation des enfants en situation de handicap, la ministre de la Cohésion sociale s’est vantée dans les médias de la mise en place d’un numéro de téléphone ouvert aux parents qui permettrait de résoudre 80% des situations. On pourrait lui répondre que si les services de l’Éducation nationale acceptait d’employer des AVS-AESH en nombre suffisant et qu’ils arrêtaient de leur imposer des temps partiels, ce genre de situation serait beaucoup plus rare...
Nous n’en sommes pas là, alors en cas de problèmes : utilisons ce numéro sans modération et voyons de quoi il retourne !!
Le voilà : Cellule « aide handicap école » 0800 730 123
Si jamais vous l’utilisez, n’hésitez pas à nous faire un retour pour nous donner vos impressions et votre avis sur l’efficacité du dispositif (contact : sudeduc05@gmail.com)

6-CDEN, CHSCT : Halte au mépris envers les instances paritaires !!

Les instances paritaires : CAPD, CTSD, CHSCT-D, CDEN... pour beaucoup d’entre nous qui ne sommes pas au fait de tous les rouages qui permettent à l’Éducation nationale de fonctionner, ces sigles ne représentent que des instances lointaines, des réunions lénifiantes et une déconnexion presque totale avec la réalité quotidienne des écoles, des collèges, des lycées et du contact avec les élèves.
Ces instances dites « paritaires », aux noms si enthousiasmants, sont pourtant les seuls lieux dans lesquels les représentant-e-s des personnels peuvent avoir accès aux informations concernant la gestion de l’Éducation nationale dans le département. Elles sont les seules à permettre un minimum de transparence dans les décisions qui sont prises : fermetures de classes ou d’écoles, suppressions de postes, évolution et répartition des moyens, conditions de travail...
À Sud Éducation nous ne sommes pas dupes du peu de cas que fait notre hiérarchie de la présence des représentant-e-s du personnel dans ces instances. Nous siégeons afin de porter la voix et les revendications des personnels (titulaires et contractuels) et tentons de peser sur les décisions qui sont prises.
Alors que les ordonnances sur le Code du travail ont déjà passablement mis à mal la représentation des personnels dans le privé, nos gouvernants et leurs factotums sur le terrain affichent désormais leur mépris ouvertement en dénigrant ces instances. Dans le 05, en moins d’un mois depuis la rentrée, les exemples sont suffisamment parlants :

CHS-CT : cette instance est la seule dans laquelle les représentant-e-s du personnel sont majoritaires et sont à la manœuvre... Elle est aussi celle que l’administration aimerait museler le plus rapidement possible. Prévue lors de sa dernière réunion (début juillet) pour le vendredi 28 septembre, la rentrée du CHS-CT départemental ne se fera que le vendredi 19 octobre... La faute à un oubli sur les agendas de nos têtes pensantes de la DSDEN-05. Mépris ? vous avez dit mépris ?
CDEN : ne nous racontons pas d’histoires, réunissant les représentant-e-s des personnels, de la DSDEN, de l’État (la préfète) et les élus locaux, le CDEN est essentiellement un moment de représentation au cours duquel notre IA et ses acolytes aiment à se tresser des lauriers. Mais c’est aussi un moment important pour les personnels pendant lequel nous pouvons dénoncer les dysfonctionnements, la réduction des moyens, les promesses non tenues, les problèmes liés à nos conditions de travail en sortant un peu de l’entre-soi de l’Éducation nationale.
Le CDEN de rentrée devait se tenir ce jeudi 20 septembre à 17h dans les locaux de la préfecture. Ce devait être l’occasion pour l’ensemble des organisations syndicales de prendre la parole de manière unitaire pour dénoncer la non scolarisation des mineur-e-s étranger-e-s sur notre territoire (voir doc joint). Un rassemblement d’environ 80 personnes perturbait la circulation devant la pref’ et témoignait de l’importance que de nombreux Haut-e-s-alpin-e-s attachent à l’accueil et aux droits de ces personnes. Plutôt que de faire face à leurs contradictions et à l’illégalité de leurs actes dans ce domaine, IA et préfète ont préféré arriver près de 30 min en retard pour, dans la foulée, reporter le CDEN au 4 octobre prochain faute de quorum... Mépris ? vous avez dit mépris ?

7-Assise rurale

Congrès des maires ruraux de France à Saint Léger les Mélèzes, on ne parle pas des écoles rurales, c’est vous dire l’implication de l’IA dans ce dossier. Deux ministres, une préfète et pas la trace de l’IA05 lors de ce déplacement. L’école rurale ne doit pas faire partie des ingrédients pour la cohésion territoriale. Il faut dire que c’est prévu pour fin septembre et qu’aujourd’hui nous ne sommes que le 24 septembre. L’IA05 doit pouvoir claquer des doigts pour que l’ensemble des personnes ou structures s’étant inscrites dans les différents groupes de travail se réunissent le jour et à l’heure qu’il souhaite sans difficulté d’organisation dans leur vie personnelle. A moins que ça ne soit comme pour le CDEN, qu’il n’y ait au final pas la moitié des représentants et pouvoir une nouvelle fois passer en force. De toute façon, nous ne nous faisons aucune illusion sur la pratique démocratique de ces assises. La preuve, pas un.e seul.e directeur.trice d’une école rurale n’a été recherché.e ou invité.e. On peut dire que l’administration est beaucoup plus diligente quand il s’agit de trouver des volontaires (désigné.e.s) pour un projet numérique par exemple. La méthodologie de ces assises fait la démonstration du cache sexe pour la validation des préconisations que l’on trouve dans le rapport Duran. Que plusieurs études montrent que les résultats des élèves d’écoles rurales sont très bons ne devrait pas changer la ligne éditorialiste du rapport de synthèse qui devraient remonter sur Paris en 2019.

8-Prime de directeur.trice

Les directeurs.trices des écoles du 05 ont été destinataires d’un mel les informants qu’illes ne toucheraient pas l’indemnité de sujétion spéciale de directeur.trices d’école car il y a une modification de code. Ah merde, c’est encore la faute à l’informatique ! La phrase d’après, c’est la faute aux gestionnaires de paye ( On a mis un « s » à gestionnaire car nous espérons qu’illes soient plusieurs). La phrase encore d’après, il y a trop de boulot en ce début d’année pour ces personnels.
Suit encore, « la rémunération qui vous est servie sera amputée ... ». Heu, c’est pas plutôt la rémunération qui vous est due sera (encore) amputée... »
La suite du courrier annonce que tout devrait rentrer dans l’ordre dès le 1er octobre.
Il est signé « Hervé Bousquet secrétaire général pour le directeur académique »… des Alpes de Haute Provence.
En voilà encore un, bien perché dans son bureau, qui est incapable de dire clairement que la restructuration ou plan de licenciement ( 400 administratifs en moins nationalement) ça met le « Waï » partout. Ça veut dire pour les agents plus de travail pour gagner pas plus en oseille, mais une sacrée dégradation des conditions de travail. Ce secrétaire général qui parle pour l’IA04 est incapable de dire que le passage du service de paye du 05 au 04 n’a pas été suffisamment préparé, et que le service est bien surchargé.
Qu’on se rassure, les « biens pensant.e.s » des étages supérieurs de l’Éducation Nationale ne devraient pas avoir de problème pour leur paye ni en septembre ni en décembre pour leur prime allant de 30 000 à 50 000€. Cherchez l’erreur.
Nous nous tenons à disposition des collègues directeurs.trices qui voudraient demander des indemnités moratoires suite à ce défaut de paiement.

9-Radon : il est temps d’inscrire l’IA05 à cet atelier, c’est gratuit.

Ateliers scolaires : Vendredi 5 octobre 2018 de 10h à 17h
Site d’enseignement Polyaéro à Tallard
De la maternelle au lycée GRATUIT
Liens : Programme et Inscriptions
 
Animations "La qualité de l’air intérieur et le radon"
Nous passons 90% de notre temps à l’intérieur de bâtiments sans beaucoup nous préoccuper de la qualité de l’air que nous respirons. C’est pourtant un enjeu de santé publique important ! Expériences et manipulations permettront de mieux appréhender la composition de l’air, son éventuelle pollution par différentes substances, l’effet de ces dernières sur la santé et les bonnes habitudes à prendre. Nous ferons un focus sur un polluant particulier : le radon. D’origine naturelle, ce gaz radioactif peut s’accumuler dans les bâtiments et parfois atteindre de fortes concentrations...

10-Montgenèvre : le rassemblement "anti-frontières" sous haute surveillance

Pendant 5 jours, des personnes demandant l’abolition des frontières et la libre circulation de tout.e.s. se sont rassemblées autour de la frontière entre la France et l’Italie. Ce rassemblement international a réuni plus de 400 personnes et ...un nombre important de forces répressives de l’État. Il y en avait pour tous les goûts, du noir foncé au bleu clair à bordure rouge. Il faut dire qu’il y avait aussi deux ministres dans le département ce WE dont la ministre des transports, celle qui a limité la vitesse à 80km/h quand elle, elle peut se permettre de rouler à 110km/h sur nos route. Il y avait aussi le ministre à la cohésion des territoires, celui qui ne fait rien pour les migrant.e.s. En fait, on préférerait qu’il ne fasse rien, plutôt que contre les territoires.
Lorsqu’au col de L’Échelle, les fachos débarquaient, s’installaient, faisaient leur cirque médiatique, il y avait un pauvre véhicule de gendarmerie pour surveiller ces haineux arrivés en 4X4 avec survol en hélico et drones de leur campement et qui prétendaient surveiller et fermer la frontière.
Deux poids deux mesures. Rien de nouveaux, l’État s’accommode plus facilement de la haine de l’autre et des détritus laissés par les fachos que de la solidarité des uns avec les autres et de leur soucis pour l’écologie.
On peut noter encore, que pour les CRS, l’écologie n’est que le cadet de leur soucis à voir le stock de grenade lacrymo qu’ils ont laissé à même le sol. On se demande qui sont vraiment les fauteurs de désordre.

11-APPEL Européen pour le droit à l’avortement dans toute l’Europe !

Mobilisations partout en Europe : 28 septembre 2018
En solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des femmes espagnoles en 2014, polonaises en 2016, argentines, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l’avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l’égalité en Europe.
Aujourd’hui, le droit à l’avortement au sein de l’Europe relève de la compétence de chaque État.
Interdit en Irlande et à Malte, sous hautes contraintes en Hongrie et en Pologne. le droit à l’avortement, même légalisé est, peut, ou pourrait être remis en question par le maintien de la clause de conscience des médecins (Italie), l’absence de structures hospitalières adéquat (Grèce, Bavière), les restrictions de personnels et les suppressions des centres pratiquant l’avortement lors de restructurations hospitalières (France), et, dans tous les pays, par l’élection de gouvernements réactionnaires, conservateurs et rétrogrades.

Nous réaffirmons que :
• L’accès à l’avortement est un droit ;
• L’avortement est un choix personnel – mon corps m’appartient, je choisis ma vie ;
• Des moyens financiers doivent être donnés pour que les centres pratiquant l’avortement et les centres de planification soient accessibles à toutes sur les territoires ;
• Des campagnes tous publics sont nécessaires ;
• L’éducation à la vie sexuelle doit être prodiguée à toutes et à tous pour qu’elles et ils puissent avoir des choix libres et éclairés ;
• La formation aux techniques d’avortement et à l’accompagnement doit faire partie intégrante de la formation initiale des professionnel/les de santé ;
• La clause de conscience des professionnel-les de santé doit être supprimée ;
• Les délais légaux pour avorter doivent être harmonisés sur ceux des pays les plus progressistes en Europe et les États doivent dépénaliser totalement l’avortement.
Nous appelons à la construction d’une mobilisation européenne autour du 28 septembre 2018, journée internationale du droit à l’avortement, où chaque pays inscrira ses revendications en vue d’une harmonisation européenne pour le respect des droits des femmes.

12-La ZAD vit et vivra poursuivons notre soutien les 29 et 30 septembre à NDDL

Communiqué de presse collectif signé par : Attac, CANVA, Droit au Logement, Ensemble, Halem, MIRAMAP, NPA, Union Syndicale Solidaires.
La très belle victoire collective qu’a représentée l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a été obtenue par un mouvement offensif et massif.

Nous, organisations signataires, avons tout au long de cette lutte soutenu le refus de la bétonisation et du réchauffement climatique, la défense des terres nourricières et la bio-diversité, les expérimentations d’une économie non-marchande, solidaire dans le partage des compétences et des fruits du travail collectif.

Immédiatement après l’annonce de l’abandon, la volonté revancharde de l’État s’est manifestée par une agression militaire massive inouïe, en particulier sur les habitats, les jardins, pour obtenir, non pas comme invoqué le « retour à l’État de droit » mais la disparition pure et simple de tout ce que la ZAD a représenté d’espoir. Face aux menaces, il faut impérativement empêcher de nouvelles expulsions/destructions. Le dépôt avant l’été de projets soigneusement imbriqués et la signature d’un premier lot de conventions précaires a limité les dégâts et permis provisoirement le maintien de lieux de vie et d’activités.
Un Comité de pilotage début octobre se prononcera sur des renouvellements de conventions et prendra position sur des projets non encore examinés. C’est plus que jamais le moment de réaffirmer que les terres libérées par l’abandon, qui excitent tant de convoitises obsédées par un productivisme destructeur, doivent continuer à être prises en charge par des entités collectives diverses.
Nous soutenons la volonté du mouvement de défendre « le bocage et ses mondes », une culture paysanne en prise avec l’expérience des naturalistes en lutte, l’usage partagé des espaces boisés, la possibilité d’habitats auto-construits de très faible emprise écologique et plus généralement de mode de vie plus solidaires et moins destructeurs.

Face au gouvernement et au nouveau Copil, nous appelons nos adhérent·e·s et sympathisant·e·s à participer massivement au rassemblement « Terres Communes » des 29 et 30 septembre sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Et pour faire suite aux mobilisations de la journée du 8 septembre « Dans nos rues pour le climat », nous appelons les citoyennes et les citoyens à faire des 29 et 30 septembre une nouvelle journée de mobilisation pour le climat, pour la préservation des terres agricoles et pour la pérennité des différents projets sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
Plus d’infos (appel et le programme) sur les sites : zad.nadir.org – zadibao.net. Contacts : reclaimthezad@riseup.net

13-Soutenons les militant.e.s de la Confédération Paysanne

Le 13 septembre à Amiens, le tribunal a clos le procès au civil de la ferme-usine des 1000 vaches. Cinq militants et une militante de la Confédération paysanne poursuivis au civil pour leur action syndicale de démontage ont été condamnés à verser 120 000€ de « dédommagements » au propriétaire de la ferme-usine.
Pourtant, la cours d’Appel avait reconnu leur participation à « une action collective de lanceurs d’alerte ».
L’Union syndicale Solidaires dénonce une fois de plus la répression dont sont victimes des militant.e.s syndicaux dans le cadre de leur action syndicale, ici contre l’industrialisation de l’agriculture.
Rappelons qu’en faisant du fumier sa principale production, destinée à la méthanisation, la ferme-usine a fait du lait un sous-produit des déjections animales !
La confédération paysanne défend un autre modèle agricole : celle d’une agriculture qui fasse vivre les paysan-ne-s du revenu qu’ils en tirent ; une agriculture créatrice d’emploi partout sur le territoire et qui rende aux paysan-ne-s l’autonomie dans leurs savoir-faire ; une agriculture respectueuse de l’environnement et garante de la biodiversité ; une agriculture productrice d’une alimentation saine et de bonne qualité accessible à tous-tes.
L’union syndicale Solidaires soutien la confédération Paysanne dans son combat contre l’agro-industrie.
Pour soutenir le combat des militants de la Confédération paysanne vous pouvez faire un don en ligne en suivant ce lien : https://www.helloasso.com/associations/les-amis-de-la-confederation-paysanne/formulaires/5/widget
Vous pouvez aussi envoyer un chèque à l’ordre des Amis de la Confédération paysanne – 104 rue Robespierre 93170 BAGNOLET - en mentionnant au dos « Contre l’industrialisation de l’agriculture ». 66% de votre don est déductible de vos impôts (dans la limite de 20% du revenu imposable)
Lorsque le don excède la limite de 20%, l’excédent peut être reporté sur les 5 années suivantes.


Documents joints

Bulletin hebdomadaire SUD Educ05 semaine39-2018
réunion d'information syndicale AVS-AESH 5 (...)