Menaces sur l’école rurale

mardi 22 novembre 2016

Suite à la parution du rapport Duran [1], nous vous avions déjà alerté sur les menaces qui pesaient sur les écoles rurales

Dans les Hautes-Alpes, il y a bien eu un « groupe de travail », une "concertation", enfin pour SUD Education05, on le dit clairement, un « monologue social ». Comme à chaque fois, le « dialogue social » tant revendiqué par notre administration et certains syndicats s’est limité à un exposé, délayé pendant plus d’une heure, de ce qui va se passer inéluctablement puisque c’est déjà prêt. Les RPI concentrés (Regroupements Pédagogique Intercommunale concentrés) vont avoir leur convention. Cette convention est « en cours d’écriture" (comprendre elle est prête à signer ?). Tous les enfants auront leur école à moins de 30 min de transport. On ne sait pas si c’est 30 minutes en hiver comme en été.

Lors notamment du dernier CDEN, il y a eu des demandes pour la tenue d’un CDEN extra-ordinaire afin de « discuter » de la façon de prendre le remède : en pilule ou en suppositoire. Nous n’avons toujours pas de réponse, et vu le paragraphe suivant, se sera comme pour les rythmes scolaires, la méthode du gros suppositoire qui a la préférence de notre hiérarchie.

Aujourd’hui, la menace se précise, la ministre de l’Éducation Nationale demande aux recteurs de « booster les conventions rurales »…entérinant ainsi le massacre de la ruralité et des petites écoles et la casse des services publics. Sous de fallacieux prétextes pédagogiques, le gouvernement suit toujours une logique purement économique qui ne trompe personne.
http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=107582

Le gouvernement reste sourd aux demandes de l’AMRF (association des maires ruraux de France) ainsi qu’aux nombreuses études qui tendent à prouver que ces écoles sont des viviers d’innovation pédagogique et que les élèves obtiennent de meilleurs résultats qui se perpétuent même après l’entrée au collège.

N’attendons pas que ce scénario cauchemardesque se concrétise. C’est dès maintenant qu’il nous faut agir et en impliquant toute la communauté éducative !

Les premières actions pour lutter sont comme toujours l’information, le partage, la dénonciation et LA MOBILISATION. Pour commencer à mobiliser, Sud Éducation 05 vous propose de mettre en débat la motion en pièce jointe. Faire voter cette motion au prochain conseil d’école ordinaire ou extraordinaire, c’est prendre le temps de discuter avec les membres de la communauté éducative de l’école que nous voulons dans nos villages et villes. Cette motion est bien entendue adaptable à la situation de votre école, votre village, votre vallée. Faites nous parvenir vos motions et vos actions, pour les diffuser le plus largement possible et amplifier la mobilisation nécessaire.

La solidarité tiendra une grande part dans cette lutte qu’il nous faut mener sans tarder.

Nous comptons sur le soutien de tous, urbains et ruraux.

Pour continuer à vous informer
http://ecole.et.territoire.pagesperso-orange.fr/Analyse.pdf


[1le rapport du sénateur Duran, député de l’Ariège :
http://www.education.gouv.fr/cid102225/rapport-sur-mise-oeuvre-des-conventions-ruralite.html


Documents joints

Motion Conseil d'école
Motion Conseil d'école
Lettre aux parents
Lettre aux parents